23 décembre 2006

La querelle au sommet s'envenime

On savait que Vesseline Topalov et Vladimir Kramnik ne passeraient pas leurs vacances de Noël ensemble, après la querelle d'Elista. La situation ne risque pas de s'améliorer. Il y a quelques jours, une interview du Bulgare a été publiée sur le site Internet du journal espagnol ABC. Elle a été réalisée alors que Topalov se trouvait en Espagne pour son match à l'aveugle contre Judit Polgar. Le contenu de cette interview, réalisée par Federico Marin Bellon, était purement incroyable. Le numéro un mondial sortait le bazooka pour accuser son adversaire d'avoir triché et disait qu'on avait trouvé, dans les fameuses toilettes de Kramnik, "un câble de réseau caché dans le faux plafond". Lorsque le journaliste lui rétorquait que, dans les tie-breaks que le Russe a gagnés, celui-ci n'allait pas aux toilettes, Topalov ne se démontait pas et disait que Kramnik avait un appareil électronique sur lui... qui n'a évidemment pas été découvert lorsque le Russe a été passé au détecteur. Le Bulgare soupçonne le FSB (l'ex-KGB) d'avoir fourni cette logistique informatique à son adversaire et fait aussi état de pressions extérieures à Elista.
La conséquence de ces graves accusations sans preuve est tombée hier : le manager de Kramnik, Carsten Hensel, a affirmé (et on peut le croire, ce n'est pas un rigolo, lui) avoir saisi le comité d'éthique de la FIDE au sujet de cette interview, qui, si l'on se réfère au code d'éthique de la Fédération internationale, tombe sous le coup du point 2.2.11. Celui-ci dit que doit être sanctionnée "toute conduite susceptible de nuire ou de discréditer la réputation de la FIDE, ses événements, organisateurs, participants, sponsors". Le point 3.2 dit que "toute personne agissant en contravention avec ce code peut être exclue de tous les tournois de la FIDE (...) pour une période allant jusqu'à 3 ans". Berik Balgabaïev, le conseiller particulier de Kirsan Ilioumjinov, le président de la FIDE, a confirmé ce point. Carsten Hensel a quant à lui expliqué sa décision ainsi : "Je crois qu'il est impossible de pardonner un tel comportement - Topalov doit être puni."
Evidemment, les Bulgares n'ont pas attendu longtemps pour riposter. Une contre-attaque en deux phases. Première phase, classique, accuser le journaliste auteur de l'interview : sur le site Internet de Topalov, on peut trouver un petit texte disant que cette interview n'est pas authentique. J'ai donc envoyé un message à ABC afin de pouvoir contacter Federico Marin Bellon et vérifier tout ceci auprès de lui. Je vous tiendrai au courant de mes démarches. Deuxième phase de la contre-attaque bulgare : Silvio Danailov, le manager de Topalov, a rapidement répondu en réitérant les accusations autour du soi-disant câble et en disant que tout ceci n'était qu'une manoeuvre pour refuser le match-revanche réclamé par les Bulgares. Deux remarques s'imposent : 1/ si un câble de réseau a bien été trouvé pendant une inspection menée lors du match d'Elista, en la présence d'un représentant de l'équipe de Topalov, pourquoi Danailov n'en a-t-il pas parlé à ce moment là ? 2/ Le match-revanche n'ayant aucune chance d'être accepté par la FIDE par la faute de Danailov (pas de garantie bancaire, dates incompatibles avec le réglement), il est facile d'accuser les autres d'être responsables de cet état de fait. J'avais demandé à Ilioumjinov s'il n'envisageait pas de sanctionner Danailov pour son comportement inoui et il m'avait répondu par la négative. Le président de la FIDE devrait quand même y réfléchir un peu étant donné que Danailov est en train, depuis Elista, de détruire, par une campagne de calomnies sans précédent et sans preuve aucune, l'image déjà pitoyable des échecs.

10 commentaires:

Stéphane Laborde a dit…

Je ne suis pas d'accord sur l'image "pitoyable" des échecs.

Que les Champions s'invectivent et se lancent des attaques par médias interposés existe partout. Les problèmes d'éthique dans le sport sont omniprésent et ne sont pas caractéristiques aux échecs.

Je dirais au contraire que le type d'attaques aux échecs étant nouveau par nature (des ordinateurs, des câbles réseaux...) au lieu de problèmes de dopage ou autres, sont de nature à éveiller l'intérêt de tous, et donc y compris de sociétés spécialisées en informatique, technologies, et sécurité des systèmes et de l'information.

On retrouve par ailleurs ici un affrontement qui rappelle Fischer Spassky ou Karpov - Kortchnoï et donc au contraire une véritable animation entre deux égos qu'on attendait depuis 1990 et le dernier match Kasparov - Karpov.

Tout ceci au contraire est extrêmement excitant quant aux affrontements à venir, et susceptible d'augmenter l'intérêt quand à l'affrontement Kramnik - Topalov des prochains mois, sur et en dehors de l'échiquier.

Mazettovitch a dit…

Bonjour,
S'il est vrai que ... "qu'importe que l'on parle des joueurs d'Echecs en particulier, et des Echecs en général, en bien ou en mal, l'important, c'est qu'on en parle !" ..., alors je me consolerai, moi aussi, de cette mauvaise Publicité, en me disant que c'est avant tout de la Publicité.
Joyeux Noël à l'auteur, et à tous les lecteurs de ce blog.

Kong a dit…

C'est une image pitoyable qui est donné ici, ayant tendance à faire croire que certains protagonistes n'ont pas dépassé le stade sadique anal, expression freudienne délicieuse ici puisque l'origine du conflit venait du coin pipi.

Arrêtez le massacre, les échecs méritent mieux!

Anonyme a dit…

Quelle déception de voir Topalov s'enfonçer encore un peu plus dans sa paranoia ridicule. Si a mes yeux c'est le meilleur au monde tant il met le feu sur l'echiquier, si pour moi il mérite sa place de numéro 1, je suis surpris de voir une personne aussi intelligente se faire manipuler comme un joueur de football par un agent qui nuit aux echecs. Topalov doit sa défaite d'Elista plus aux nuisances de son agent sur son niveau qu'un cable imaginaire planqué dans les toilettes de son extraordinaire rival.

et merci pour ce super blog, le meilleur à mon gout avec l'échiquier niçois. Bonnes fêtes!!!

LePoulpe a dit…

Et pourtant si, Monsieur Laborde, c'est une image absolument pitoyable et lamentable. Ce n'est pas étonnant que nous passons pour des névrosés, refoulés, extravertis, etc....
Je joue aux échecs depuis longtemps (j'ai 55ans et j'ai appris vers 13ans), et ce jeu me captive toujours autant. Mais après les intercercles du dimanche en N5 ou N4, je sens que je vais de moins en moins m'intéresser au haut niveau.

Carminfish a dit…

Tout cela finit, ou finira, par instaurer le doute. Ces gens le savent. Si vous lisez aujourd'hui n'importe quel article à propos du match perdu par Kasparov face à Deeper Blue, vous y trouverez nécessairement la phrase : "A l'époque, Kasparov avait accusé IBM d'avoir triché". La seconde information est devenue indissociable de la première. Si le clan Topalov continue comme ça on lira encore dans dix ans : "A l'époque Topalov avait accusé son adversaire d'avoir triché". Et le titre de Kramnik ne sera jamais "propre" mais toujours entaché de soupçon. Je pense également que tout ça est dommageable pour les échecs car la fédération semble bien incapable d'organiser à l'avenir un championnat incontestable.

Anonyme a dit…

Ok, je pense que tout le monde (surtour M. Kramnik) a été patient avec messieurs Topalov et Danaïlov. Mais là, ils insistent un peu trop lourdement.
De même, cette tendance Bulgare qui consiste à défendre l'indéfendable devienbt tout aussi fatigante.

Anonyme a dit…

Et si les bulgares avaient raison ? Et si la réalité dépassait la fiction ? La tricherie dans le Monde du Sport atteint les plus grands ( Amstrong, Marion Jones et bientôt bien d'autres) et pourquoi pas le champion du Monde d'Echecs ? Perspective effroyable , que nous voudrions tous chasser inconsciement de notre Sport , mais qui peut-être nous a déjà atteint.

Carminfish a dit…

CQFD.

Anonyme a dit…

Pas la moindre preuve que Marion Jones s'est dopée, ce commentaire est diffamatoire. (Ne cherchez pas le smiley, il n'y en a pas)