13 décembre 2006

Kasparov sous la pression du Kremlin

Même si l'information n'a guère de rapport avec l'actualité des échecs, je tiens tout de même à signaler que Garry Kasparov, ancien champion du monde et ancien numéro un mondial, semble être entré dans la ligne de mire du Kremlin. Désormais engagé en politique, Kasparov tente de fédérer les opposants à l'actuel président russe, Vladimir Poutine, et, mardi 12 décembre, les bureaux de son mouvement, le Front citoyen uni, ont subi une perquisition. Selon la porte-parole de l'ancien joueur, Marina Litvinovitch, dont les propos sont rapportés par l'AFP, "quinze agents du FSB (l'ex KGB, NDLR) et du Roubop (direction de la lutte contre le crime organisé, NDLR)" ont mené cette perquisition parce qu'ils soupçonnaient que le mouvement était impliqué dans des activités extrémistes. Cette action policière pourrait faire figure de manoeuvre d'intimidation alors que se prépare, pour samedi, une manifestation baptisée "Marche de ceux qui ne sont pas d'accord". Elle a pour but de dénoncer les changements à la législation électorale, qui réduisent la marge de manoeuvre de l'opposition alors que s'approche l'élection présidentielle de 2008 (à laquelle Poutine ne pourra se représenter).
Cette perquisition intervient dans un double contexte. Le premier, général, de renforcement du contrôle tout azimut (politique, économique et financier) de la Russie par le Kremlin. Le second, plus particulier, de l'empoisonnement de l'ancien espion du FSB, Alexandre Litvinenko. Garry Kasparov a livré un commentaire à AP Television News au sujet de la perquisition : "Cela est un message important, a-t-il déclaré, non seulement pour les gens en Russie, mais aussi pour le reste du monde, où l'on peut voir comment les nouvelles lois, qui sont supposées combattre l'extrémisme, sont utilisées contre l'opposition politique." Il a ajouté qu'il voyait son combat pour davantage de libertés politiques en Russie comme une mission-clé personnelle.

7 commentaires:

Mazettovitch a dit…

Bonjour,

Votre article ne m'inspire qu'une réflexion : "Mais qu'est-il donc allé faire dans cette galère ?" ...

Cordialement.

LeSmurf a dit…

... et ce n'est pas le premier incident.

Anonyme a dit…

j'avais vu un reportage sur Kasparov à la tv où il défendait des idées politiques bizzares et dangereuses...à mon avis il faut pas jetter la pierre aux services secrets russes. Le groupuscule politique de Kasparov est assimilé à une secte

Anonyme a dit…

Tout a fait d acccord avec le message précédent, GK était un génie au échecs, mais en politique ça reste à prouver, j'ai vu le mm reportage, GK soutenait qu'il n'y avait pas d'histoire avant le XXVIème siècle, que le moyen age la préhistoire tout avait été inventé à la rennaissance...
SVP parlez-nous de GK aux échecs, attention à la tentation de peopolisation de notre loisir favoris

Faj a dit…

> GK soutenait qu'il n'y avait pas d'histoire avant le XXVIème siècle, que le moyen age la préhistoire tout avait été inventé à la rennaissance...

??? XVIe siècle peut-être ? En fait, il a tout à fait raison, dans le cadre de la Russie. Il n'y a qu'à s'intéresser à l'histoire russe en général, de la musique et de la littérature russe aussi, pour s'en rendre compte.

CarminFish a dit…

Pour ma part je trouve cette note intéressante. Ce que deviennent les champions d'échecs après l'arrêt de la compétition est un sujet que je trouve passionnant en soi. On a vu ce qu'était devenu Fisher, on entrevoit certaines fêlures sous le génie de Kasparov... comment vit-on avec l'idée de ne plus être le premier ? C'est un grand sujet me semble-t-il. Sur le plan strictement humain. Sous l'aspect politique, j'en conviens, c'est plus discutable.

Anonyme a dit…

Même si je pense également que la situation en Russie est de plus en plus inquiétante,je dois dire que j'ai toujours trouvé très naîve l'idée de Kasparov selon laquelle sa grande expérience aux échecs,voire son génie,allait lui servir lorsqu'il aborderait la politique. Il me semble que les compétences,aussi grandes soient -elles,ne sont pas interchangeables ;et qu'un homme surdoué dans un domaine semblera gauche dans un autre...Un exemple parmi d'autres,celui de JJ Rousseau,écrivain génial et compositeur médiocre...