30 janvier 2007

La Fédération française des échecs s'invite à l'école

Dans quelques jours, la Fédération française des échecs (FFE) va signer une convention cadre avec le ministère de l'éducation nationale. L'objet de cet accord est de développer la pratique du jeu dans les écoles, les collèges et les lycées. Que l'on ne se fasse pas trop d'illusions, cependant : il ne s'agit pas de transformer les échecs en discipline scolaire mais simplement de permettre à la discipline d'avoir un tampon officiel pour s'inviter dans les écoles. C'est un premier pas qu'il faut tout de même saluer. Dans son préambule, la convention cadre rappelle que les échecs constituent "un réel vecteur de formation". Le texte a le mérite d'officialiser ce que l'on savait déjà, c'est-à-dire que le jeu des rois n'est pas qu'un amusement :"le jeu d'échecs, école de concentration et de maîtrise de la pensée, est (...) une école de maîtrise de soi qui favorise l'apprentissage des règles et le respect d'autrui, et à ce titre participe de l'apprentissage de la citoyenneté". Bien sûr, plus classiquement, est aussi mis en avant le développement des capacités intellectuelles, du jugement et de la confiance en soi.
Dans la pratique, cette convention cadre, signée pour une durée de trois ans, vise en particulier les collèges dit "ambition réussite", c'est-à-dire, pour parler clair, ceux qui sont majoritairement fréquentés par des populations confrontées à de grandes difficultés socio-économiques. La FFE mettra du matériel et des enseignants à la disposition des établissements qui le souhaitent et montera des actions de sensibilisation. Il est aussi prévu que le ministère et la Fédération développent l'édition de textes pédagogiques (sites Internet, dépliants, etc...). Je ne vais pas tout détailler car le texte de la convention cadre devrait bientôt être rendu public. L'intérêt de cet accord pour la FFE est multiple. Tout d'abord, les portes de l'école sont officiellement ouvertes aux échecs et les clubs ou les ligues n'auront plus à batailler pour faire passer leur message aux directeurs d'établissements. Ensuite, la discipline va bénéficier, auprès de tous les personnels de l'éducation nationale (soit 1,5 million de personnes), d'une visibilité inédite. Enfin, m'a annoncé Jean-Claude Moingt, le président de la FFE, "le sponsor de la Fédération, BNP-Paribas, va préparer un kit scolaire comprenant notamment une pendule, un jeu, un échiquier mural et du matériel pédagogique. Ce kit sera destiné à tous les clubs qui veulent créer des sections Echecs dans les écoles."
Pour que cette convention cadre soit rédigée, il a fallu un petit coup de pouce du destin, en la personne de Jean-Michel Blanquer, actuel directeur adjoint du cabinet du ministre de l'éducation. M. Blanquer était précédemment recteur de Guyane et avait, à ce titre, collaboré avec la FFE. Visiblement, l'expérience avait été satisfaisante... Comme je l'écrivais plus haut, cette convention est un premier pas encourageant. Reste désormais à la Fédération à la mettre en action. Avec un petit risque qu'évoque Jean-Claude Moingt : "Si cela prend l'ampleur que l'on souhaite, on va manquer de profs d'échecs bien formés..."

3 commentaires:

Anonyme a dit…

"le sponsor de la Fédération, BNP-Paribas, va préparer un kit scolaire comprenant notamment une pendule, un jeu, un échiquier mural et du matériel pédagogique"

Je suis /toujours/ mal a l'aise lorsque les entreprisent sponsorisent une activite scolaire. Savez-vous a quoi va ressembler le kit ? Neutre, ou logo, et tout le tralala ?

brunbrun a dit…

ça me gène un peu cette mise en avant du jeu d'échec parce que les qualité que vous citez : "le jeu d'échecs, école de concentration et de maîtrise de la pensée, est (...) une école de maîtrise de soi qui favorise l'apprentissage des règles et le respect d'autrui, et à ce titre participe de l'apprentissage de la citoyenneté". ne sont pas propre au jeu d'échec et sont vrai d'un très grand nombre de jeux (go, dames, twixt, le projet gipf, les wargammes, diplomatie, dune et je pourrais continuer la liste longtemps) et j'ai un peu peur que cet accord ne soit quelque part au détriment de la pluralité des jeux

Charles-Edouard a dit…

Non c'est bien normal de mettre en avant une Banque Française aux valeurs républicaines acquises de haute lutte au fil des siècles....
Je suis pour un logo visible.